Pire débordement en deux ans à Lauberivière

Maison de Lauberivière
Maison de Lauberivière. 26 août 2014.
Source : Le Soleil, Ian Bussière, 26 septembre 2015 

Dur début d'automne à la Maison de Lauberivière, qui a enregistré dans la nuit de jeudi à vendredi son pire débordement depuis deux ans, une situation que le directeur général Éric Boulay n'hésite pas à qualifier d'alarmante.

« Hier [mercredi] soir, nous avons également dû réorienter sept personnes vers d'autres ressources, comme la Maison Revivre et l'Armée du Salut. La section des femmes affiche complet alors que chez les hommes, nous avons dû sortir deux lits de camp en support », a indiqué M. Boulay vendredi, ne sachant pas encore la stratégie qu'il adoptera pour répondre à la demande.« Je me donne la fin de semaine pour réfléchir à tout ça, et on se repenchera sur la question lundi prochain », poursuit le directeur général de l'organisme qui possède 39 lits pour les sans-abri.

On note qu'il y a beaucoup de nouveaux arrivants, des femmes, des jeunes, mais aussi des personnes âgées. Ce ne sont pas seulement des gens qui ont des problèmes d'alcool ou des problèmes psychiatriques graves. On peut penser au taux d'inoccupation des logements, au fait qu'il y ait moins d'accès au logement ou au coût de l'épicerie qui augmente, mais c'est probablement dû à un ensemble de facteurs. »

Hausse attendue à la maison revivre

À la Maison Revivre, le coordonnateur Martin Payeur n'a pas enregistré le même achalandage que Lauberivière, mais s'attend à une hausse au cours des prochains jours. « Ça entre, ça sort, on s'en tire bien, mais il a fait beau ces derniers jours. Les gens n'aiment pas dormir dehors quand il commence à faire froid, et il y en a aussi qui ont plus de difficulté à payer le loyer.» (...)[ Tout l'article. À lire aussi : Aide à l’itinérance à Québec : menaces de fermeture. ]

Publicité