Le Réacteur : recommandation avec ajustements

Dufour-terrasse-2015A
Image de Delort et Brochu, architectes

Après avoir entendu la quasi-trentaine de citoyens présents hier à la consultation publique concernant le projet Le Réacteur dans l'ancien complexe funéraire Lépine-Cloutier, le Conseil de quartier de Saint-Roch a choisi l'Option C, c'est-à-dire de recommander la modification de zonage sous réserve de certains ajustements.

L'ensemble de la demande du requérant Gestion Olivier Dufour inc. visait à autoriser pour le lot occupé par Le Réacteur sur de Saint-Vallier Est les usages suivants : services administratifs, industrie technologique, restaurant avec spectacle associé, café-terrasse, lieu de rassemblement avec bar associé, un logement par bâtiment isolé. Ni promoteur ni gestionnaire immobilier ni restaurateur, Olivier Dufour compte miser sur les partenariats et la collaboration pour mettre ces espaces au service de la création, de l'exploration et de la diffusion multidisciplinaires.

Souvent en précisant qu'ils ne doutaient pas de Dufour ni ne s'opposaient au projet lui-même, plusieurs citoyens ont dit craindre le bruit et l'éventuelle arrivée d'un nouveau propriétaire aux projets plus dérangeants. D'une part, ces craintes émergeaient d'un échaudement au fil de grands événements récurrents dans leur voisinage. Un ras-le-bol qui a mené au dépôt de deux lettres et d'une pétition de 34 signatures contre la demande de modification de zonage.

D'autre part, la grande diversité d'usages permis par un zonage pour un lieu de rassemblement a suscité des inquiétudes pour l'avenir, advenant une vente. Des voisins moins inquiets ont par ailleurs exprimé leur plein appui au projet, leur enthousiasme pour l'offre culturelle du quartier, leur soulagement de voir le patrimoine bâti de l'ancien complexe funéraire entre bonnes mains.

S'ils ont compris que Le Réacteur n'allait pas reproduire l'expérience du SPOT dans l'espace extérieur, plusieurs ont exprimé un certain scepticisme quant à l'application par la Ville de sa règlementation concernant les niveaux de bruit ou quant au traitement des plaintes à ce sujet. Au final, la règlementation municipale et la définition de certaines notions urbanistiques auront soulevé presque plus de questionnements que la présentation du requérant. Ceci s'est d'ailleurs reflété dans la recommandation du Conseil de quartier, qui demande de préciser les usages ainsi que la superficie (actuellement illimitée) pour le restaurant et de mieux délimiter l'espace visé pour l'aménagement de la terrasse.

Fait remarquable : au terme de la partie de l'assemblée consacrée à la consultation publique, Olivier Dufour et sa collègue Claudine Couture-Trudel sont demeurés bien assis dans la salle tandis que le Conseil de quartier continuait d'écouler les points à son ordre du jour. Un signe, peut-être, que le dialogue amorcé peut se poursuivre pour la meilleure cohabitation possible au pied de l'escalier Lépine.

Publicité

À lire aussi : Le Réacteur : envergure et controverse